Crée en 2019 par des technicien.nes issu.es de l’ENSATT, STP regroupe trois activités différentes sous la même structure : Le bureau d’accompagnement, les projets satellites et la création.  

▪︎ Le bureau d’accompagnement

 

Nous travaillons avec des compagnies de théâtre, danse et cirque en Auvergne-Rhône-Alpes dans la mise en place de leurs projets culturels et prenons en charge l’administration et la production. Dans le cadre d’une démarche de mutualisation et de coopération, le bureau d’accompagnement développe des missions de transmission et de service de paie.   

▪︎ Les projets satellites

 

Ils regroupent les actions culturelles et le portage de projets d’artistes. Afin de permettre à certain.es artistes de développer leur projet, STP les accueille en interne (Top Down de la Triochka, Llabyellov de Carlo Cerato, Les Echassiers projet d’actions culturelles porté par Elsa Markou et Noufou Guiro, etc.)  

 

▪︎ La création

 

C’est l’endroit où les membres du collectif STP sont rejoints par d’autres artistes et technicien.nes autour de créations artistiques. Le premier spectacle sera Les Enchantements, texte de notre autrice, accompagné notamment par le CENTQUATRE – Paris, Théâtre Ouvert – Paris ou l’Espace Arthaud – Lyon 4ème…  

  

Si STP est un collectif, c’est parce que nous souhaitons laisser place à la parole de chacun.es et à la collaboration avec des structures, des artistes et des technicien.nes… Nous sommes six dans la gestion quotidienne, mais souhaitons créer un réseau de coopération.  

Clémence Attar autrice

Elle intègre le département écriture dramatique de l’ENSATT en 2020, après une licence en arts du spectacle et une incursion en école d’ostéopathie. Elle opère sur deux fronts : l’écriture et la mise en scène. Elle met en scène deux projets au conservatoire du XVIIème arrondissement de Paris, puis crée sa première pièce à l’espace Icare d’Issy-les-Moulineaux en 2015. Elle travaille en ce moment en parallèle sur un projet de grande ampleur dans les espaces péri-urbains avec Mathis Bahut.

Mathis Bahut - scénographe

MATHIS BAHUT scénographe

Après un BTS Design d’Espace de l’Ecole Supérieure des Arts Appliqués Duperré à Paris, où il acquière des connaissances théoriques et plastique, Il effectue un stage au TNT de Toulouse et participe à la construction de la scénographie de "un Songe d’une Nuit d’Eté" de Laurent Pelly.  En 2018, il crée la scénographie du texte "D.C.D" de Michel Simonot sous la direction de la metteuse en scène Sandrine Pirès. Il valide un DNAP mention Scénographie à l’école des Arts Décoratifs de Strasbourg en 2018. Il intègre par la suite la section scénographie de l’ENSATT. En janvier 2021, pour terminer son cursus, il conçoit avec Ariane Germain la scénographie de "Un fil à la patte" mis en scène par Claudia Stavisky. 

Raphaël Fouilloux - Concepteur son

RAPHAEL FOUILLOUX concepteur son

Régisseur du son et saxophoniste diplômé du DMA de Nantes, il intègre l’ENSATT en 2018. Il a assisté le travail du concepteur sonore Christophe Sechet au sein de la compagnie Eulalie pour le spectacle "l’Education sentimentale". Membre du collectif STP, il est créateur sonore pour la compagnie Farouche et la compagnie du Sabir. Il fait également partie de groupes musicaux tels que le Tengu Sound ou encore les Pygmées.

Sophie Glise - Présidente du Collectif STP

SOPHIE GLISE présidente de STP

Après une licence d'histoire et un master d'études urbaines, Sophie se lance dans un poste d'accompagnante pour les élèves en situation de handicap. Aujourd'hui, elle a pour projet d'entrer dans une école d'assistant.e social.e. Côtoyant depuis peu le monde du spectacle vivant, elle est séduite par celui-ci et s'engage auprès de STP en tant que présidente.

Martin Laurent - Trésorier du Collectif STP

MARTIN LAURENT trésorier de STP

Après 5 ans d’études de droit, et master deux de philosophie en éthique écologie et développement durable, Martin se consacre à la préparation du barreau avec pour objectif de devenir avocat en droit de l’environnement. Son attrait profond pour les arts de la scène qu’il a pratiqué jusqu’à son baccalauréat l’a poussé à s’engager dans des projets associatifs tél que STP, et contribuer à son développement en y apportant ses compétences.

Lou Morel - Conceptrice lumière

LOU MOREL conceptrice son

Initialement formée aux métiers de prise de vue et de la lumière en BTS Audiovisuel Métiers de l’Image au Lycée Léonard de Vinci à Villefontaine, elle effectue ensuite service civique à Galerie Lumière et à l’Institut Lumière à Lyon. En 2018, elle intègre l’ENSATT en conception lumière. Entre reportage photographique, réalisation de documentaires et expérimentations lumineuses, elle profite de sa polyvalence et tente de la mettre au service de divers projets. 

1. Horizontalité ; La notion d’équité est primordiale pour ce qui a trait à la gestion de la structure. Les STPistes sont tou.te.s à l’écoute les un.e.s des autres et défendent l’écoute et le respect en pratiquant une communication consciente.

 

2. Mise en réseau ; Le bureau d’accompagnement au sein du collectif STP encourage la mutualisation des moyens de production et des compétences des différentes compagnies et artistes avec qui il travaille. Il souhaite dans le même temps contribuer à enrichir la création en donnant la possibilité de ponts et d’échanges entre les compagnies qu’il accompagne. Il est important de noter que les membres et ressources du collectif sont partie intégrante du réseau ainsi constitué.

 

3. Solidarité et soutient à l’émergence ; Dans le souci de s’inscrire dans une économie sociale et solidaire, STP met en avant l’entre-aide entre les compagnies avec lesquelles il travaille.

1. Horizontalité ;  Il n’y a pas de hiérarchie entre les différents membres du collectif. Les STPistes sont tou.te.s à l’écoute les un.e.s des autres et défendent l’écoute, le respect et la bienveillance en pratiquant une communication consciente. Malgré les spécialisations de chacun.e, tous les membres peuvent donner leurs avis sur l’ensemble des aspects de la création.

 

2. Pluralité des discours ;  Il s’agit de s’appliquer à représenter différents points de vue d’une même chose, afin de prendre du recul ; à l’image d’un cube que l’on pourrait observer depuis toutes ses faces. STP pense la nécessité du rééquilibrage des paroles et se garder de tout discours dogmatique. Par ailleurs, les STPistes dénoncent une société qui cherche à invisibiliser les minorités qui la compose et soucient de participer à lutter avec elles.

 

3. Recherche ; Le collectif STP entreprend de remettre en question ses connaissances et automatismes à chaque création pour tenter de créer des objets artistiques nouveaux, surprenants. Il souhaite remettre en jeu sa méthode de travail, être en quête d’une manière propre de concevoir pour être au service de ses projets.

 

 

1. Co-construction / Coopération ;  STP s’associe à des personnes non-STPistes afin de mener à bien ces projets. Il est à la recherche d’une mutualisation des moyens et compétences.

 

2.  Confiance ; STP défend une confiance absolue entre ses membres. Elle n’est ni à gagner, ni à remettre en cause : elle est acquise de fait.

 

3. Eco responsabilité ;  STP a conscience des enjeux environnementaux actuels et s’engage à rendre sa pratique plus durable tant dans la gestion administrative que lors des productions et diffusions de ses créations.

 

4.  Pluridisciplinarité ; STP se rejoint autour du spectacle vivant, qu’il accompagne et promeut. Par ailleurs, il s’ouvre dans le même temps à d’autres formes d’art (arts plastiques, design, graphisme…).

 

5. Transparence ;  STP s’engage à fonctionner de manière transparente en son sein et avec toutes les personnes qui évolueront à ses côtés. Il est nécessaire que cet engagement soit réciproque.